Boutique jardinage
Bottes de jardinage ELTY DEMI RIVAGE en PVC bicolore Taille 44

12.95€Afficher
Kit de jardinage pour enfants REVEX

29.99€Afficher
Bottes de jardinage ELTY DEMI RIVAGE en PVC bicolore Taille 41

11.95€Afficher
Librairie du jardinage
Tout jardin est EdenAfficher

Tout savoir sur les Rosiers

Multiplication des végétaux

Abris de jardin

Connaître le sol de son jardin

Potager pour les nuls

Bien arroser son jardin

Purins de plantes

 

André Thouin : Biographie

Portraits > André Thouin dans l'histoire du jardinage

  1. Les vertes années d'André Thouin (1747-1764)
  2. De beaux débuts dans le jardinage (1764-1788)
  3. Révolution française 1789 (1788-1793)
  4. Calendrier Républicain (1793)
  5. Professeur de jardinage (1793-1806)
  6. L'école de jardinage et d'agriculture (1806-1820)
  7. Les dernières années d'André Thouin (1820-1824)

Né le 10 février 1747
Décédé le 27 octobre 1824
Jardinier, pépiniériste, botaniste et agronome
Cocréateur du calendrier républicain

André Thouin
André Thouin

Les vertes années d'André Thouin (1747-1764)

André Thouin est né à Paris le 10 février 1747 dans une grande famille du jardinage. Son père, Jean-André Thouin, était jardinier au château de Stors à l'Isle-Adam puis jardinier en chef du roi à Paris. Son grand-père, Jean Thouin, était jardinier à Saint-Ouen-l'Aumône puis au château de Stors à L'Isle-Adam.

Le père d'André Thouin était un grand jardinier qui avait l'oreille du souverain. Jean-André Thouin était un personnage influent sur les questions inhérentes au jardinage. Questions toujours appréciées des rois de France mais pas sans arrières-pensées concernant Louis XV... Déjà au XVIIIe siècle, la France composait avec une élite bien-pensante qui imposait partout sa bonne morale. Si au XXIe siècle cette élite est médiatique au sens large, il s'agissait alors des « gens de lettres » que Louis XV méprisait ouvertement. C'est pourquoi il raffolait des sujets apolitiques qui les neutralisaient, notamment l'astronomie, la médecine, la botanique, la géographie, l'histoire ou encore... le jardinage !

Le frère d'André Thouin, Gabriel Thouin, sera lui-même épris de jardinage et deviendra un grand paysagiste. Connu pour avoir été un porte-étendard du jardin à l'anglaise en France, il travaillera aussi au jardin des plantes et publiera des ouvrages illustrés sur le jardinage.

Durant son enfance, André Thouin reçoit une instruction générale supervisée par sa mère, Marie-Louise Thouin née Decouis. D'autre part, il apprend le jardinage au côté de son père.

André Thouin
Bernard de Jussieu

Jean-André Thouin est bien meilleur dans le jardinage que dans la botanique. Conscient que des connaissances plus poussées dans la botanique auraient fait de lui un meilleur jardinier, il souhaite que son fils, désormais adolescent, maîtrise aussi bien les deux disciplines. André Thouin est alors inscrit aux cours de botanique dispensés par Bernard de Jussieu au Jardin des plantes. Bernard de Jussieu est une véritable institution à lui seul, il a enseigné la botanique durant 55 ans (de 1722 à 1777) et formé quelques-uns des plus grands jardiniers et botanistes.

André Thouin
Georges-Louis Leclerc de Buffon

Quelques années plus tard, en 1764, Jean-André Thouin décède à 54 ans. C'est alors qu'intervient Georges-Louis Leclerc de Buffon dit Buffon, intendant du jardin des plantes et de fait le seul qui dominait hiérarchiquement Jean-André Thouin. Malgré l'inexpérience et le jeune âge d'André Thouin qui n'a alors que de 17 ans, il lui propose de remplacer son père.

De beaux débuts dans le jardinage (1764-1788)

Bien formé par son père et Bernard de Jussieu, son inexpérience et son âge ne sont finalement pas une barrière dans sa pratique du jardinage. André Thouin trouve très vite ses marques et fait rapidement preuve d'initiative, notamment en enrichissant la collection de plantes du jardin.

En 1770, André Thouin a déjà triplé l'étendue de l'école de botanique de son ancien maître et accru son nombre de plantes exotiques. En 1780, les serres sont agrandies et remplies de plantes étrangères.

André Thouin
Jean-Jacques Rousseau

Un tel volontarisme vaut à André Thouin la reconnaissance de gens aussi prestigieux et différents que l'écrivain Jean-Jacques Rousseau, Carl von Linné ou Chrétien-Guillaume de Lamoignon de Malesherbes dit Malesherbes.

André Thouin, par son travail, parvient au moins en partie à faire chuter le mur entre les botanistes et les jardiniers. En d'autres termes, entre les théoriciens latinisants et les praticiens. Devenant ainsi le chaînon manquant entre la botanique et le jardinage, il accomplit, voir dépasse, le destin qu'espérait son père pour lui.

En 1784, André Thouin devient membre de la Société d'agriculture.

En 1786, c'est au tour de l'Académie des Sciences de l'accueillir. André Thouin est alors l'un des très rares dans cette académie à ne pas être médecin. Il ne s'agit pas d'une première comme au temps de Joseph Pitton de Tournefort qui en devint lui aussi membre sans être médecin, grâce à l'aide de Jean-Paul Bignon qui fit en sorte que cette obligation soit exceptionnellement ignorée au motif qu'il étudiait la médecine. L'Académie des Sciences a ensuite été réformée mais conservait plus ou moins implicitement cet usage, qu'elle n'outrepassait que rarement.

Ensuite, tout au long de sa vie, André Thouin sera accueilli par des dizaines de sociétés savantes et autres académies. On lui en connaît au moins 72.

Durant cette période, André Thouin consacre son temps libre à d'autres projets. Il contribue par exemple à la partie jardinage de l'« Encyclopédie » ou « Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers ». Cet ouvrage de première importance n'est rien de moins que la première encyclopédie française. Cette démocratisation de la connaissance déplaît fortement à l'Église, laquelle est effrayée par son succès dans les milieux populaires, y compris ruraux, allant jusqu'à tordre le bras du conseil d'État pour que sa vente soit interdite. Interdiction de courte durée puisque l'Encyclopédie ne manque pas de soutiens, au rang desquels Malesherbes, botaniste et magistrat justement chargé de la censure qui n'hésite pas à se mettre en danger en ré-autorisant l'Encyclopédie.

En 1788, la Société linnéenne de Paris (en référence au botaniste Carl von Linné) voit le jour. André Thouin, qui en est l'un des créateurs, reçoit la croix de la Légion d'honneur pour cette participation.

Révolution française 1789 (1788-1793)

André Thouin
Députés du tiers état durant les États généraux.

Le 8 août 1788, face à une économie en piteux état et une population au bord de l'insurrection, Louis XVI convoque pour le 5 mai 1789 les États généraux du royaume. 1139 députés y siégeront, élus en janvier 1789. 270 représenteront la noblesse, 291 le clergé et 578 le tiers état. André Thouin sera député suppléant du tiers état.

Si en théorie les députés du tiers état représentent le peuple, ils représentent en réalité une fraction de celui-ci: la bourgeoisie. À quelques exceptions près, la population pauvre est trop occupée à survivre pour avoir des députés, alors qu'elle est l'écrasante majorité de la France. 1789 va devenir l'affrontement de classes très minoritaires: les nobles contre les bourgeois.

André Thouin
Jacques Necker

Le 5 mai 1789, la première séance est présidée par Louis XVI en personne. Les députés du clergé sont à droite du trône et ceux de la noblesse sont à sa gauche, en face d'eux se trouvent ceux du tiers état. Scénographie pour le moins révélatrice. Louis XVI commet l'erreur tragique d'ouvrir la séance avec un discours creux, cherchant visiblement à faire l'unanimité. Jacques Necker, ministre de Louis XVI, prononcera ensuite un discours terrifiant sur les finances du royaume, qui sont, et de loin, en bien pire état que prévu. Face à une assemblée qui avait besoin d'idées fortes, le roi et ses ministres se montrent faibles et sans vision.

Deuxième erreur: l'organisation du vote n'a pas été prévue. Les députés du clergé et de la noblesse, dont les intérêts convergent, plaident pour un vote par ordre qui leur assurerait d'être systématiquement à deux contre un. À l'inverse, les députés du tiers état veulent évidemment un vote individuel. Les députés du tiers états finissent par avoir gain de cause, obtenant la dissolution des ordres au sein de l'assemblée. Il n'y a désormais plus de clergé, de noblesse ou de tiers état, mais des députés français de différents courants qui débattent dans une « Assemblée Nationale ».

La première décision de l'Assemblée Nationale est de rédiger une constitution. Concrètement, il s'agit surtout du premier acte révolutionnaire puisque la monarchie passera d'absolue à constitutionnelle. Louis XVI tente de s'y opposer, tout comme il tente d'interdire aux journaux d'évoquer les débats au sein de l'Assemblée Nationale, craignant les manipulations d'une presse partisane. Mais il est désormais trop faible pour empêcher quoique ce soit.

Louis XVI est réduit à l'impuissance et la noblesse comme le clergé doivent renoncer à leurs privilèges pécuniaires. Il ne fait aucun doute que la bourgeoisie domine. Mais le peuple ? Dehors, affamé pendant que clercs, nobles et bourgeois débattent, il gronde. Très inquiet, Louis XVI concentre en juin ses troupes autour de Paris, 40.000 hommes sous les ordres du maréchal de Broglie.

André Thouin
Prise de la Bastille.

  • Les 12 et 13 juillet, Paris est à feu et à sang.
  • Le 14 juillet, c'est la fameuse « Prise de la Bastille »
  • Le 15 juillet, Louis XVI annonce le retrait des troupes.
  • À partir du 16 juillet, des milices bourgeoises prennent le pouvoir dans les principales villes.
  • Le 4 août, l'« abolition des privilèges » est votée.

Par ailleurs, André Thouin sera élu membre du Conseil général du département de la Seine en 1790. Il le restera jusqu'en 1792.

André Thouin
Journée du 10 août.

Finalement, après trois années tumultueuses et une guerre révolutionnaire, le Palais des Tuileries est pris d'assaut le 10 août 1792, la fameuse « Journée du 10 août ». Louis XVI devra assister à la réunion extraordinaire qui le détrônera.

  • Le 13 août 1792, la famille royale est incarcérée à la prison du temple.
  • À partir du 21 septembre, la France est gouvernée par la Convention nationale, une assemblée constituante qui fait naître la Première République (1792-1804).
  • Le 22 septembre, l'abolition de la monarchie est officiellement proclamée. Louis XVI devient Louis Capet.
  • Le 3 décembre, il est décidé que Louis Capet sera jugé pour trahison après la découverte de l'« Armoire de fer » le 20 novembre, un coffre fort renfermant des documents censés prouver sa trahison. Ces preuves sont toutefois, selon toute vraisemblance, des faux placés par Jean-Marie Roland de La Platière auquel le tri des documents fut opportunément confié sans aucune surveillance.
  • Le 10 décembre marque le début du procès de Louis Capet.
  • Le 15 janvier 1793, le procès de Louis Capet s'achève par une condamnation à mort.
  • Le 21 janvier 1793, Louis Capet est guillotiné.

Calendrier Républicain (1793)

Le 6 octobre 1793, dès le lendemain du décret de la Convention Nationale, le Calendrier Grégorien est officiellement remplacé par le Calendrier Républicain, dont André Thouin est l'un des créateurs. Le Calendrier Grégorien, de par sa nature chrétienne, déplaît profondément aux révolutionnaires. La France n'étant désormais plus la fille aînée de l'Église gouvernée par le roi qui n'est autre que le fils aîné de l'Église, tout ce qui rappelle la monarchie est traqué, chrétienté incluse.

La semaine passe de 7 à 10 jours. Lundi, mardi, mercredi, jeudi, vendredi, samedi et dimanche deviennent primidi, duodi, tridi, quartidi, quintidi, sextidi, septidi. Viennent ensuite octidi, nonidi et décadi. Pour que fonctionne la semaine de 10 jours, les mois passent de 4 à 3 semaines, désormais des « décades ». Finalement, pour compenser la seule présence de mois creux (30 jours) qui a pour conséquence d'aboutir à 6 jours hors calendrier, les « Sans-culottides » sont crées:

  • jour de la vertu (17 septembre)
  • jour du génie (18 septembre)
  • jour du travail (19 septembre)
  • jour de l'opinion (20 septembre)
  • jour des récompenses (21 septembre)
  • jour de la révolution (années sextiles, 22 septembre)

Au lieu des saints, les jours célèbrent des animaux, des plantes ou encore des insectes.

Certains jours sont réservés aux légumes, notamment Carotte, Panais, Pomme de terre, Potiron, Navet, Aubergine, Piment, Tomate, Betterave, Chou-fleur, Endive, Radis, Haricot, Laitue, Asperge, Épinard, Scorsonère, Salsifis, Topinambour, Mâche, Brocoli ou encore l'Artichaut.

Les champignons sont également célébrés avec la Truffe et la Morille.

Les herbes et condiments comme le Cerfeuil, Persil, Pissenlit, Thym, Oignon, Romarin, Échalote, Coriandre, Ail, Basilic ou encore le Fenouil n'ont pas été oubliés.

Auxquels s'ajoutent Bruyère, Lierre, Héliotrope, Valériane, Fragon, Perce-neige, If, Buis, Laurier tin, Chèvrefeuille, Houblon, Ciguë, Lupin, Anémone ou Verge d'or.

Sans oublier quelques délices sucrés, au rang desquels le Melon, l'Abricot ou la Rhubarbe.

Le calendrier républicain sera en vigueur jusqu'en 1806, le grégorien faisant alors son grand retour. Ce calendrier auquel contribua André Thouin ne sera plus jamais utilisé.

Professeur de jardinage (1793-1806)

L'année suivante, André Thouin est nommé professeur administrateur du Muséum d'histoire naturelle , il y enseigne la culture et la naturalisation des végétaux étrangers.

En 1794, il accompagne l'armée aux Pays-Bas avec Barthélemy Faujas de Saint-Fond afin de récupérer des collections. Il réitérera l'expérience en 1796, cette fois en Italie.

Durant la dizaine d'années qui suit, ne manquant pas d'élèves, André Thouin se consacre essentiellement à son poste de professeur.

L'école de jardinage et d'agriculture (1806-1820)

En 1806, il crée une école d'agriculture et de jardinage. Son but est de rendre l'étude des végétaux plus facile pour les cultivateurs et les jardiniers. On vient de toute la France et de l'étranger pour suivre son cours qui est un incontournable du Muséum d'histoire naturelle.

La renommée d'André Thouin est désormais internationale. Les ouvrages qu'il publie, notamment dans les actes de la Société d'agriculture de Paris, dans ceux de l'Institut et dans les annales et mémoires du Muséum d'Histoire naturelle, aident à l'amélioration de l'agronomie. Il rédige aussi sur tout ce qui est relatif à la greffe, aux diverses applications de la botanique à l'agriculture dans le nouveau dictionnaire d'histoire naturelle.

Les dernières années d'André Thouin (1820-1824)

Durant les 4 dernières années de sa vie, en plus d'enseigner le jardinage et l'agriculture, André Thouin se plonge dans l'écriture, lui qui a déjà diverses publications à son actif.

« Monographie des greffes, ou Description technique des diverses sortes de greffes employées pour la multiplication des végétaux » en 1821.

« Instruction pour les voyageurs et pour les employés dans les colonies sur la manière de recueillir, de conserver et d'envoyer les objets d'histoire naturelle, rédigée... par l'administration du Muséum royal d'histoire naturelle » en 1824.

C'est ainsi qu'après un ouvrage destiné aux professionnels du jardinage et une commande d'État, André Thouin décède en 1824 à 77 ans.

Boutique jardinage

Bottes de jardinage ELTY CONFORT en PVC bicolore...11.95€Afficher

Table de jardinage enfant54.99€Afficher

Bottes de jardinage ELTY DEMI RIVAGE en PVC...11.95€Afficher

Commentaires des internautes

Rédiger un commentaire (aucune inscription requise)

Publier mon commentaire

Aucun commentaire pour le moment. Cliquez ci-dessus pour rédiger le premier !

La communauté
Articles récents
selon la couleur

Jardiner en mai Calendrier lunaire Calendrier du potager Encyclopédie des plantes Guide des champignons

Ce site utilise des "cookies" que vous pouvez désactiver savoir plus fermer

Bottin

Les plus commentés:
  • Jardinerie Delbard (Jardineries, Hauts-de-Seine)
  • Pousse vert (Paysagistes, Isère)
  • Bohin Jardin (Pisciniers, Seine-Maritime)
Bons plans jardin
  • Rosier sur tige 'Sunsilk'
  • 6 Fraisiers 'Mount Everest' en godets
  • Rosier 'Gemma' avec suspension 'Siena'
Livres sur le jardinage
  • Réussir son jardin bio
  • Réussir son potager de la plantation à la récolte
Forum jardinage
  • Potager
  • Plantes à massif
  • Arboriculture
  • Rosiers
  • Plantes carnivores
  • Bonsaïs
  • Plantes vertes et fleuries
  • Cactées et plantes grasses
  • Quelle est cette plante ?
  • Idées pour mon jardin
  • Jardinage et littérature
  • Café et présentations
  • Recettes de cuisine
Potager
  • Crambé maritime
  • Cresson alénois
  • Cerfeuil tubéreux
Plantes à massif
  • Héliotrope d'Europe
  • Gaillarde à grandes fleurs
  • Renouée de Boukhara
Arbres, arbres fruitiers et arbustes
  • Genévrier cade
  • Hébé d'Anderson
  • Hamamélis de Virginie
Rosiers
  • Rosier 'The Mc Cartney Rose'
  • Rosier 'Solero'
  • Rosier 'Claude Brasseur'
Plantes carnivores
  • Sarracenia oreophila
  • Droséra paleacea
  • Utriculaire uniflora
Bonsaïs
  • Carmona
  • Troène de Chine
  • Arbre aux quarante écus
Plantes vertes et fleuries
  • Nertère de Nouvelle-Grenade
  • Ardisie crantée
  • Bougainvillée remarquable
Cactées et plantes grasses
  • Echinocereus pentalophus
  • Pleiospilos nelii
  • Crassula barklyi
Maladies & Ravageurs
  • Tenthrède
  • Marsonia
  • Thrips