Origine et histoire du melon au porto

Hors-séries > Origine du melon au porto

Origine du melon au porto

Classique parmi les classiques, le melon au Porto est une entrée particulièrement appréciée en été (saison du melon), éventuellement agrémenté de jambon cru, autre produit connu pour se marier à merveille avec le melon. Fruité et sucré, certains dégustent aussi volontiers ce plat au dessert. Mais d'où vient cette combinaison ? Du Portugal, patrie du Porto ? Eh bien non ! Cette tradition culinaire nous vient probablement des papes.

Au XVe siècle, une variété de melon à chair orangée inédite en Europe est introduite en Italie par des moines. Les religieux le cultivent dans les jardins de la résidence d'été des papes à Cantalupo, c'est d'ailleurs ce melon qui va se propager en France, devenant le fameux "Cantaloup". À partir de ce jour, le moins que l'on puisse dire, c'est que les papes raffolent du melon, au point d'en mourir pour deux d'entre-eux.

Le premier est Paul II. En 1471, après avoir mangé plusieurs melons, le quinquagénaire souffre d'une terrible indigestion qui se conclut par sa mort à 2h du matin. Précisons que le melon a alors la réputation d'être toxique s'il n'est pas consommé avec parcimonie, aussi cette indigestion fatale pourrait avoir été un mensonge destiné à cacher les véritables circonstances de sa mort: une attaque alors qu'il se faisait sodomiser par un serviteur. Le second est Clément VII en 1534.

Quoiqu'il en soit, de tels incidents n'empêchent pas le melon de demeurer la spécialité de la résidence d'été des papes. Reste désormais la question du Porto, alcool qui n'apparaît qu'au XVIIIe siècle, en tout cas le Porto que nous connaissons aujourd'hui.

Les papes ont toujours été de gros buveurs de vin, certains, comme Benoît XII, avaient même la réputation d'en abuser... pour dire le moins. Du temps où Avignon était la "cité des papes", il y avait d'ailleurs les "vins des papes d'Avignon", liste officielle des vins choisis par les pontifes pour approvisionner leur table et celles de la Cour pontificale, liste qui demeura une référence bien après l'époque d'Avignon.

Les papes appréciaient particulièrement les vins liquoreux, les archives parlent d'ailleurs d'elles-même. Jean XXII s'en faisait par exemple livrer 7 saumées (1 saumée = environ 100 litres) chaque année, Clément VI fit livrer 15 tonneaux de vin muscat pour son couronnement, Clément VII piqua une colère noire en 1390 face à un vigneron incapable de lui fournir 22 saumées de vin muscat, le même Clément VII fit livrer 95 tonneaux de vin liquoreux grec en 1393 etc.

À cette passion des papes pour les vins liquoreux s'ajoute une vieille croyance selon laquelle le vin rendrait le melon plus digeste, Hippocrate conseillait par exemple déjà en son temps de consommer le melon dans du vin. Le melon était donc servi ainsi à la table des papes, pour raison médicale uniquement, bien entendu...

Quand finalement le Porto fit son apparition au XVIIIe siècle, il y eut probablement une transition du melon au muscat vers le melon au Porto, ce dernier devenant à la mode au fur et à mesure que la culture du melon se généralisa. Cette mode influença d'ailleurs largement les différentes gastronomies européennes, le foie gras au Porto devint un classique en France, les anglais prirent l'habitude de consommer le Stilton (fromage à pâte persillée) avec du Porto (traditionnellement après une période de macération du Porto dans le Stilton) etc.

Par , publié sur jardin-secrets.com le 09-10-2018

Commentaires des internautes

Cliquer ici pour publier un commentaire (aucune inscription requise).