jardin-secrets.com

Vermicompostage / Lombricompostage

Le vermicompostage, également appelé lombricompostage, est une technique de fabrication de compost d'intérieur. Elle est surtout destinée aux personnes en appartement ou ayant un petit jardin. Ainsi, vous pouvez obtenir un compost de qualité que vous pourrez utiliser pour vos travaux de jardinage d'intérieur.
C'est également une très bonne méthode pour réduire et recycler ses déchets de table.

Avec le vermicompostage, on ne se contente pas d'attendre que les matières organiques se décomposent d'elles-mêmes. Ici, ce seront des lombrics qui se chargeront de la décomposition.
Cela ne dégage aucune odeur, d'où le fait que c'est une technique idéale pour être installée en intérieur. Par contre, l'apport de matières organiques ne doit pas être trop important. Les lombrics n'étant pas des ogres, il faut leur laisser le temps de digérer chaque apport.

Il existe différents modèles de vermicompostières. Elles peuvent être en plastique, en frigolite, en bois, verticales ou horizontales. Certains fabricants en proposent même incorporées à des bancs ou des tables.
Il est assez simple de fabriquer vous-même votre vermicompostière et même, d'en faire une miniature avec une simple boite en plastique munie d'un couvercle percé pour l'aération.
Cependant, avant de vous lancer, il y a plusieurs points importants à prendre en compte.

Installation de la vermicompostière

Comme nous l'avons mentionné précédemment, la vermicompostière est idéale pour être installée à l'intérieur. Elle peut également être installée en extérieur mais sachez que les lombrics préfère une température avoisinant les 20°C. Ils supportent mal le froid et le gel ainsi que les températures supérieures à 40°C.

Placez au fond du bac des journaux ou des cartons coupés en morceaux et préalablement imbibés d'eau. Cela servira de refuge pour les lombrics. Disposez les vers par-dessus ce lit.
Pour débuter le compostage, il faut que la quantité de vers pèse au moins le double de la quantité de déchets apportés chaque jour. En somme, pour 250 g de déchets, il vous faudra au moins 500 g de vers.
S'il n'y a pas assez de vers dès le début, le compostage se fera lentement et vous risquez de voir apparaître de la pourriture. On conseille généralement de mettre 500 g voir 1 kg de vers.

Une fois les vers enfouis dans le lit de journaux (ou de cartons) humides, ajoutez un peu de déchets organiques. Les vers ne s'attaqueront pas immédiatement aux déchets, ils sont plus friands des matières en décomposition (après deux à trois semaines). Ne chargez pas trop votre bac au départ, il faut laisser le temps aux vers de s'installer.
Au bout d'un ou deux mois d'observation, vous trouverez la fréquence adéquate pour l'apport de déchets.

Lombrics pour le vermicompostage

Il existe de nombreuses espèces de vers que l'on trouve dans les jardins. Hors, pour le vermicompostage, on ne va utiliser que deux espèces: le ver du fumier (Eisenia foetida) et le ver de Californie (Eisenia endreï). Ces deux espèces de vers sont des vers de surface. Ils se reproduisent vite et se nourrissent de matières organiques décomposées.
Le ver du fumier (ou ver tigré) est rouge tigré de gris ou de jaune et le ver de Californie (ou ver rouge) est rouge foncé.

Vous pourrez les trouver en vente dans les magasins d'articles de pêche ou sinon, si vous avez de la patience, dans les jardins.
Idéalement, il est préférable d'avoir les deux espèces présentes dans sa vermicompostière.

Entretien de la vermicompostière

Le vermicompostage demande peu de manipulation.

L'aération se fait lorsque vous ouvrez le couvercle pour ajouter des déchets. Hormis cela, ce sont les vers qui aèrent en continu le compost en creusant des galeries.

L'apport d'humidité se fait au début de l'installation avec le lit de journaux humides. Ensuite, de la condensation se créé à l'intérieur du bac, ce qui suffit généralement durant toute la période du processus de décomposition.
Toutefois, si l'été est très chaud, le compost peut sécher. Rectifiez l'humidité en vaporisant un peu d'eau à l'intérieur du bac. Attention à ne pas trop en mettre car les vers sont de très mauvais nageurs.

Le rapport carbone / azote n'a aucune importance pour les vers mais cela reste un point important pour obtenir un compost de qualité. N'hésitez pas à ajouter du papier ou du carton pour améliorer l'apport de carbone, d'autant que les vers adorent ça.

La chose la plus importante à ne jamais oublier c'est que vos vers sont des êtres vivants qui ont besoin d'être nourris. Un vers mange entre 0,5 et 1 fois son poids par jour. En cas de départ en vacances, il est donc impératif de demander à quelqu'un de venir les nourrir.
Les vers aiment être au calme et à l'obscurité. Sachez qu'ils se reproduisent beaucoup (un vers peut obtenir 500 rejetons en une année).
Pour leur bien-être, n'ajoutez pas des matières trop dures (os, broyat?), ils n'ont pas de dents et n'arriverons pas à les digérer.
Vos vers n'apprécieront pas les déchets de viande car ils produisent de l'ammoniac. Ils n'apprécient pas non plus les produits laitiers.
En revanche, ils raffolent du marc de café avec son filtre. Cet ajout sera également très bon pour la qualité du compost.

Certaines vermicompostières sont équipées d'un robinet au fond du bac. Il sert à recueillir le « jus » issus de la décomposition. Celui-ci est un excellent engrais pour plantes vertes, vous pouvez l'utiliser dilué à 1/10 (1 litre de jus pour 10 litres d'eau).

Le compost est prêt

Vos vers ont bien travaillés et il est temps de récolter le fruit de leur dur labeur: le compost.

Pour les vermicompostières verticales à un seul compartiment, récupérez la matière moins décomposées par le haut. Les vers se trouveront dans cette partie. Placez le tout dans un récipient fermé pour éviter que les vers ne s'échappent et récupérez le compost.

Pour les vermicompostières verticales ou horizontales à plusieurs compartiments, il suffit de mettre les nouveaux ajouts de déchets dans une des parties et de ne plus alimenter l'autre.
Au bout d'une dizaine de jours, les vers migrent d'eux même vers le bac avec les « nouveaux » déchets. Vous pourrez ainsi récupérer le compost tranquillement.

Le compost mûr est souvent très humide. Après récupération, mettez-le à sécher sur une bâche. Si vous le faites sécher en extérieur, couvrez-le pour éviter qu'il soit lessivé par la pluie.
Comme les autres composts, il ne peut pas se garder plusieurs années car il perd de ses propriétés. Utilisez-le de préférence dans les six mois.

Produit correspondant

Par , publié sur Jardin Secrets le 21-02-2015

Commentaires des internautes

Cliquer ici pour publier un commentaire (aucune inscription requise)

Menu
Encyclopédie des plantes
Ce site utilise des cookiessavoir plus fermer