jardin-secrets.com

Compostage en tas

Le compostage en tas est probablement la technique la plus simple à mettre en place et la moins coûteuse. Cette technique est cependant destinée aux jardins importants et pour les jardiniers qui ont beaucoup de déchets à composter.

Bien que son aspect est peu esthétique, on peut tout à fait placer le tas dans un coin un peu caché du jardin ou même derrière une haie d'arbustes au feuillage persistant.
Si votre tas de compost se trouve assez loin de votre habitation, il est possible de le combiner avec un fût ou un bac. Vous pourrez ainsi placer ce dernier près de votre cuisine (par exemple) et y mettre les déchets organiques quotidiens. Il suffira juste de vider le bac sur votre tas de compost de temps en temps. Vous vous éviterez ainsi les allers-retours quotidiens entre votre cuisine et votre tas.

Cette technique, même si elle est assez simple à mettre en place, doit suivre certaines règles afin d'obtenir un compost de qualité. Au premier coup d'oeil, il suffit simplement d'empiler les déchets organiques en un tas. Cependant, les quelques conseils qui vont suivre vous aideront dans son installation et son entretien, afin que la décomposition se fasse dans des conditions optimales.

Installation du tas de compost

Avant tout, pensez à vos voisins. Un tas de compost n'est pas très esthétiques mais ne doit pas non plus ressembler à une décharge publique.
Privilégiez un emplacement ombragé et à l'abri des regards.
Votre tas doit garder une forme pyramidale avec une taille maximale de 2 mètres de côté pour 1,50 mètre de haut. S'il est trop haut, vous aurez du mal à le retourner avec une fourche.
Pour que la température au coeur du tas monte bien, il faudra compter entre 2 à 3 m3 de déchets organiques.
Placez-le à même le sol. Vous pouvez placer un lit de paille ou de branchages sur le sol avant d'y installer votre tas.

Enfin, il est préférable de recouvrir le tas de paille, de feuilles mortes ou d'une bâche trouée. Cette couverture aura pour effet de rendre le tas un peu plus esthétique. Elle a également l'avantage de réduire le dessèchement du tas, son lessivage par la pluie et de garder la chaleur.
Cela permet aussi d'éviter que les oiseaux viennent retourner le dessus du tas.

Entretien du tas de compost

Une fois installé, il ne suffit pas simplement d'ajouter des déchets organiques et d'attendre.
Pour que la décomposition se fasse correctement, il va falloir penser à apporter une bonne aération et une bonne humidité à votre tas de compost.

L'aération sera assurée avec l'apport de matières organiques structurantes et sèches (coquilles d'oeufs, branchages, cartons...) et grâce au retournement.
Plus le tas est volumineux, plus il faudra ajouter des matières sèches pour l'aérer.
Il est très important de retourner le tas de temps en temps. Le premier retournement à la fourche doit se faire un mois environ après l'installation du tas. Le deuxième se fera après trois mois et enfin le troisième (et dernier, normalement), après six mois.
Bien entendu, si vous avez du temps à consacrer à votre tas de compost, vous pouvez le retourner tous les mois ou tous les deux mois. Plus le tas est aéré, plus il se décomposera vite.
Pour le retourner, le plus simple est de faire un tas à côté du premier. Les matières du dessus se retrouveront en dessous et vice versa.

En ce qui concerne l'humidité, elle sera apportée par les déchets organiques humides et par l'arrosage (la pluie ou vous).
Veillez à alterner les matières sèches et humides pour maintenir un bon taux d'humidité dans le tas.
Pour savoir si votre compost est assez humide, faites le test du poing. Prenez une poignée de terre et fermez le poing. Quand vous ouvrez votre main, le compost doit rester en boule et se détacher progressivement. S'il ne se détache pas seul, c'est qu'il est trop humide et s'il ne s'agglomère pas, c'est qu'il est trop sec.
Lorsque le compost est trop humide, l'excès d'eau sera évacué par gravité dans le sol mais protégez le de la pluie et éviter l'ajout de trop déchets humides. S'il est trop sec, arrosez-le.

Rapport carbone / azote d'un bon compost

C'est un dernier point très important à prendre en compte dans la réalisation du compostage.
Pour que votre compost soit de bonne qualité et soit bénéfique à vos plantes, il faut qu'il ai un rapport carbone / azote de 20 pour 30 idéalement.

Les déchets organiques ménagers sont généralement riches en azote alors que les déchets du jardin sont plus équilibrés. Afin d'établir un bon rapport carbone / azote dans votre compost, il est donc préférables d'alterner ces différents types de déchets dans votre tas et, idéalement, de mettre la même quantité de chaque à chaque nouvel apport.

Les feuilles mortes sont des déchets riches en carbone. De fait, il est conseillé de garder un tas de ces déchets près de votre tas de compost afin de pouvoir faire un apport de carbone si vous n'avez que des déchets azotés.

Le compost est prêt !

Et voilà, un an après l'installation de votre tas, en bon jardinier que vous êtes, vous allez pouvoir utiliser votre compost pour faire le bonheur de vos végétaux.
Mais voilà, vous êtes face à votre tas, le compost mûr se trouve au c?ur de celui-ci... comment le récupérer ?

Le plus simple est de procéder ainsi: Placez (éventuellement) une bâche à côté de votre tas. Retirez les surfaces extérieures du tas moins décomposées et mettez-les de côté.
Vous avez ainsi accès au compost mûr que vous pouvez retirer du tas et mettre sur la bâche.
Si le compost est trop humide, vous pouvez le laisser sécher sur la bâche en le recouvrant avant e l'utiliser. Pensez à le retourner de temps en temps pour l'aérer.

Un compost mûr peut se garder plusieurs années mais il perd de ses propriétés au fil du temps. Il est préférable de l'utiliser dans les six mois.

Par , publié sur Jardin Secrets le 07-02-2015

Commentaires des internautes

Cliquer ici pour publier un commentaire (aucune inscription requise)

Menu
Encyclopédie des plantes
Ce site utilise des cookiessavoir plus fermer