Boutique en ligne
Fleurs en mélange anti-pucerons

7.99 €Afficher
Anti-pucerons 800ml Naturen - Utilisable en Agriculture Biologique

14.99 €Afficher
cellule porte-outils P55 moteur B&S Séries 675 démarrage...

939.00 €Afficher

Faire son compost

L'abri de jardin idéal

Multiplication des végétaux

Connaître le sol de son jardin

Potager pour les nuls

Bien arroser son jardin

Faire ses purins de plantes

Installer une serre

Puceron : dégâts et traitement

Maladies & Ravageurs > Puceron

  1. Introduction
  2. Végétaux préférés du puceron
  3. Développement et dégâts du puceron
  4. Lutter contre le puceron

Puceron

Le puceron est l'ennemi n°1 du jardinier. Cet insecte suceur de sève n'épargne quasiment aucune plante, que ce soit en intérieur ou en extérieur.
Bien souvent, les pucerons n'entraînent que des dommages d'ordre esthétique sur les végétaux. Toutefois, ils sont souvent porteurs de maladies virales et les plantes, affaiblies par les pucerons, deviennent fragiles face à ces maladies.

Il existe plusieurs types de pucerons (en Europe, on dénombre plus de 800 espèces !). On trouve le puceron vert, le puceron jaune, le puceron noir, le puceron cendré, le puceron lanigère etc.. Tous causent les mêmes dégâts, se détectent et se traitent de la même façon.

Végétaux préférés du puceron

Comme nous le mentionnions plus haut, les pucerons peuvent s'attaquer à tout type de plante. On peut tout à fait en retrouver sur les plantes à massif, les plantes potagères, les arbres, les plantes d'intérieurs...
De même, ils peuvent attaquer différentes parties des végétaux: racines, tiges, boutons floraux et surtout, les feuilles.

Développement et dégâts du puceron

Les pucerons peuvent attaquer à n'importe quel moment de l'année, sauf en hiver où le froid les en empêche et avec un pic de risque au printemps et en été. A noter qu'après un hiver doux, leurs attaques sont plus virulentes.
Les cycles de vie sont quelque peu variables selon les espèces de pucerons. Toutefois, indépendamment de l'espèce, les colonies croissent rapidement car leur mode de reproduction est extrêmement rapide.

On ne remarque pas toujours la présence des pucerons sur une plante, sauf s'ils sont situés sur les jeunes pousses, à l'extrémité des tiges.
Un détail infaillible est la présence de fourmis sur les plantes. Elles raffolent du miellat que sécrète les pucerons. Dans les fourmilières, elles en élèvent même, de la même façon que l'homme élève des vaches pour leur lait.
Par rapport à la plante, on peut observer plusieurs symptômes: enroulement des feuilles, jaunissement des feuilles, dessèchement des feuilles, boursouflures sur les feuilles et déformation des jeunes pousses.

Lutter contre le puceron

Une fois la présence de pucerons détectée, si la colonie est peu nombreuse, vous pouvez tout simplement les retirer à la main ou les arroser avec un jet d'eau (ils n'aiment pas trop être mouillés).
Comme traitement curatif, rien de mieux que le purin d'ortie. Les pulvérisations sont à renouveler après chaque pluie, jusqu'à disparition complète des pucerons. Le savon noir en pulvérisation est également un bon traitement. Il étouffe les pucerons et empêche que d'autres viennent s'installer sur vos plantes.

Il existe également des plantes « anti-pucerons ». C'est le cas de l'Oeillet d'Inde, de l'Absinthe, de la Menthe, du Thym et de la Sarriette. Ces plantes, plantées à proximité des autres, empêcheront les pucerons de s'installer.
A l'inverse, la Capucine est une « plante à pucerons ». Évitez donc de la planter près des plantes sensibles. On peut également s'en servir comme « sacrifice ». Comme elle offre un petit coin de paradis aux pucerons, ces derniers préféreront s'attaquer à elle plutôt qu'aux autres végétaux de votre jardin. Pour que ce soit efficace, il faut quand même la planter loin d'autres plantes sujettes aux pucerons.

Enfin, n'oublions pas les auxiliaires, petits insectes amis du jardinier. L'auxiliaire n°1 dans la lutte contre les pucerons est la larve de coccinelle. Cette demoiselle avale jusqu'à 800 pucerons en deux à trois semaines (jusqu'à son passage à l'état adulte).
La larve de chrysope est également une grande mangeuse de pucerons: 60 par jours pendant un mois.

Pour les arbres, il existe une méthode préventive: la glu. En fin d'hiver, enduisez le tronc d'une ceinture de glu d'au moins 10 centimètres de large, à 80 centimètres du sol. Cela empêchera les fourmis d'élever des pucerons dans le tronc. La bande de glu est à renouveler lorsqu'il y a trop de cadavres de fourmis collés dessus, sinon, elle ne fonctionne plus (les cadavres servant de pont aux autres fourmis).


Puceron lanigère


Pucerons noirs


Pucerons cendrés

Commentaires des internautes

Cliquer ici pour publier un commentaire (aucune inscription requise).

On a essayé pour vous
Arrache pissenlit Garant - Mon Magasin Général
Annonceur
Arbres, arbres fruitiers et arbustes
  • Genêt de l'Etna
  • Févier de la Caspienne
  • Frémontodendron 'California Glory'
Bonsaïs
  • Carmona
  • Troène de Chine
  • Arbre aux quarante écus
Cactées et plantes grasses
  • Echinocactus texensis
  • Austrocylindropuntia cylindrica
  • Aporocactus martianus
Plantes à massif
  • Potamot crépu
  • Pétasite blanc
  • Pontédérie à feuilles cordées
Plantes carnivores
  • Droséra venusta
  • Droséra spatulata
  • Droséra scorpioides
Plantes vertes et fleuries
  • Dieffenbachia oerstedii
  • Curcuma angustifolia
  • Clivia caulescent
Potager
  • Haricot d'Espagne
  • Chou romanesco
  • Piment Jalapeno
Rosiers
  • Rosier 'Scabrosa'
  • Rosier 'Toby Tristam'
  • Rosier 'Mela Rosa'